MAKERFIGHT 2018, 4ème édition.

(copié/volé du message de Technistub le fablab organisateur)

Le grand jour approche. Venez découvrir la robotique et toute une multitude d’ateliers autour du DIY:

  • Kidslab
  • initiation à la robotique
  • initiation à l’électronique
  • live coding musical
  • course de drone (pilotage par les visiteurs)
  • chimie
  • démo R2D2
  • imprimantes 3D
  • machines infernales
  • etc.

C’est ouvert à tous, il s’agit d’un prétexte autour des combats de robots pour faire découvrir un univers plus large que n’est celui du DIY, du faire soi-même, de l’expérimentation et des technologies.

Makerfight #3

Nous nous sommes rendus samedi 8 avril en terrain hostile : au Technistub de Mulhouse (le fablab local) pour un combat de robot. Nous avions donc amenés Nybistructor, notre robot de combat, avec quelques modification par rapport à l’année dernière :

Tout se passait au KMØ, ancien lieu de départ du comptage de la distance ferroviaire. De nombreux stands étaient présent, aussi bien pour faire participer les visiteurs au DYI et présenter diverses réalisations :


Mais surtout, et c’était le but de notre visite, la baston de robot ! Voici la feuille de match des combats de la journée. Vous pouvez aussi revoir les combats sur la chaîne Youtube du Technistub, qui a diffusé l’événement en live sur youtube.

 

Nous sommes sortis de poules in-extremis, et avons gagné le quart de finale par forfait du robot adverse, qui subit un court-circuit juste avant le combat, pour perdre en demi-finale, et s’incliner en petite finale dans un beau combat, à bases de pirouettes et saltos.

Nous avons donc obtenus la 4ème place, avec un robot bien amoché.

Makerfight . Présentation du ROBOT

Ça y est notre robot pour le MakerFight est terminé !!

Après 6 mois d’ intense conception , de centaine de lignes de code , de découpe laser d’ une précision micrométrique et 245 heures d’ impression 3D le voila sous sa version définitive entièrement en carbone équipé d’une lame de 28 dents en carbure de tungstène tournant à plus de 25 tours par minute ! De quoi pulvériser n’importe quel adversaire en moins de 1 jours !

Mieux vaut quelques images plutôt qu’un long discours :

DSC01058
Une électronique de pointe
DSC01062
Une motorisation surpuissante
DSC01057
Une visée ultrasonique pour la lame de tungstène
DSC01056
La bête avec son contrôleur à retour de force

En raison du haut degré d’ innovation créer pour ce projet nous sommes aux regrets de vous annoncer qu’ aucune source, aucun fichier stl ni la moindre ligne de code ne sera partagé en OpenSource .

MAKERFIGHT

Le MAKERFIGHT c’ est dans un mois !

L’ affiche est superbe , d’autre variante sont sur la page Facebook Technistub .

Je relève le défis de nos amis Alsaciens du Technistub, aidé d’ Amalio la construction tardive (ça serait trop facile sinon 😉 ) d’ un robot de combat est lancée .

Avec ce délais la simplicité est obligatoire .

Alors on se lance ? Il ne reste plus beaucoup de temps pour construire un engin .
Représentation 3D du concept

Construit autour d’ un châssis tubulaire il sera motorisé par deux moteurs électriques de récupération qui assureront la propulsion et la direction sur le principe des chars et engin de TP , piloté par un ensemble radio de modélisme. C’ est la radio commande qui permettra le mixage des canaux de pilotage des moteurs .

Début d' assemblage de la structure
Début d’ assemblage de la structure

Après découpage les segments de tube sont soudés pour former l’ une des deux parties de la structure du châssis, en essayant au maximum de respecter la géométrie (enfin presque…) .

Assemblage de la deuxième partie
Assemblage de la deuxième partie

Puis la deuxième partie est assemblée en utilisant la première comme gabarit pour avoir deux pièces identiques .

IMAG1708

Sur une de ces deux pièces sont soudées des petites barres à 90° pour les assembler .IMAG1711

Toujours en essayant de garder une bonne géométrie grâce à 3 pièces de métal qui servent de guide .

Mais même en prenant ces quelques précautions pour respecter la géométrie, après soudure il y a des déformations . J’ aurais dû maintenir plus fortement les barres pendant le soudage .

IMAG1715 Il a fallu ruser pour faire passer une petite barre entre les deux pièces principales .IMAG1716

Il a suffi d’ un boulon et d’ une douille à cliquet correspondante pour faire un “écarteur” . En dévissant la vis avec une clé plate, la longueur tète de vis douille augmente et écarte les deux pièces .

 

Le plus gros du châssis est terminé, 6 kilo ! euh oui… ça va pas être un poids plume .

IMAG1718

Prochaine étape les paliers des roues, les supports moteur et les transmissions .